Le Figaro du 3 juillet 2014

Nous ne résistons pas au réflexe de reproduire ces lignes extraites de l'excellent article (sur des sujets beaucoup plus vastes) du Figaro de ce matin :
merci à l'auteur et au journaliste

Arnold Munnich : « Je redoute l’inhumanité potentielle de la génétique »

par Vincent Tremolet de Villers 

"Il faut garder à l’esprit la contrepartie de leur fragilité (aux personnes handicapées), c’est-à-dire leurs talents, leurs ressources qu’il faut savoir révéler. Il y a des autistes qui jouent la comédie au théâtre ou de la musique. Moi-même, leur médecin, je ne les reconnais pas sur scène. Ils sont transfigurés. On ne peut pas le croire tant qu’on n’y a pas assisté.) (les photos par internet ne sont pas suffisantes mais peuvent en donner une idée.
Un grand résistant à l’occupation romaine et à la pensée unique au Ier siècle, R. Akiba, a enseigné « Ce n’est pas le nombre de pages qui compte, c’est le contenu de l’ouvrage. » Il y a parfois des concentrés de vie, des existences d’une densité telle qu’elles sont plus riches qu’une longue existence. Un court passage dans la vie peut éclairer une famille, une fratrie, une communauté, un hôpital. Il y a des vies éphémères qui apportent plus à l’humanité en un jour que d’autres en un siècle.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire