Pour une révolution du regard

Le regard de Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face
http://www.fndle.org/2011/08/english-abstract.htmlL'une des plus grande souffrance pour une personne trisomique vient sans doute du regard des autres inévitablement attiré par les caractéristiques du visage.

In "Handicap, pour une révolution du regard" de Danielle Moysan, philosophe :
"Dans les relations ordinaires, l'autre se fait d'autant plus présent que son (apparence) se fait oublier (nous ne prenons pas conscience de la couleur des yeux d'une regard pourtant intensément croisé).
(Mais), quand le corps arrête le regard par sa singularité, le lien de la personne rencontrée à son corps en est plus qu'inversé! Ce corps en vient ainsi parfois à priver celui ou celle qui l'habite ou qui s'y sent prisonnier de sa capacité à être regard pour autrui ..."
"Nul ne peut braver le regard d'autrui s'il n'a rencontré dans sa propre histoire un regard aimant"
"On ne nait pas handicapé on le devient par le regard des autres. Une telle affirmation peut paraître incongrue pour qui n'a pas éprouvé les effets inquisiteurs et réducteurs de regtards posés sur soi, sur sa déchéance. Hélas, elle n'est qu'une désolante vérité qui résulte du fait qu'altérité et dégénérescence choquent et sidèrent la vue"
"Pourtant - dit-elle par ailleurs - si (ces autres) avaient la force de soutenir la violence d'une apparence dysmorphique, ne serait-ce pas le regard de ceux qu'un regard humilie qui serait à craindre par ce qu'il est alors capable de révéler alors, à savoir, un véritable défaut d'humanité chez ceux qui pensent en incarner la plus haute manifestation."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire